Saint-Germain-des-Prés à 1000 ans
21 novembre 2014 | Anne de Buridan | Rencontrer |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Tout le mois de décembre, l’église Saint-Germain-des-Près célèbre ses mille ans. Visites et conférences, concerts et spectacles, enluminements et illuminations sont au programme.

L’Abbaye de Saint-Germain-des-Près fut fondée en 543 par Chilpéric alors roi des francs et dirigée par Germain d’Auxerre ; ce n’est qu’à sa mort que l’abbaye prend le nom de Saint-Germain-des-près. Mais, à la fin du règne des Carolingiens, un peu avant l’an 1000, les Vikings débarquent du nord, remontent les fleuves et pénètrent les terres. Ils recherchaient l’or et les richesses et les saisissaient là où elles étaient thésaurisées : dans les trésors des abbayes. Icelles recevaient alors maints dons et donations, de seigneurs, gente dames ou simples mortels en échange de prières perpétuelles...

L’abbaye de Saint-Germain-des-Près, abbaye parisienne, n’échappe pas à la règle. Elle est détruite... et reconstruite dès 1014 par le près Morard.

Bientôt, arrive en ses entours, les hordes d’étudiants échappées de l’Île de la Cité et de l’école cathédrale. L’Abbaye est aux portes du Quartier Latin et participe, grâce à sa bibliothèque notamment, à l’essor intellectuel de la rive gauche de la Seine.

Cet élan fondateur ne s’arrêtera pas. Les cafés de Flores et des deux Magots situés en face de l’église furent, en plein XXe siècle, de hauts lieux d’échange, de réflexion et de création.

Pour en savoir plus sur le programme, rendez-vous sur www.1000ans.org

Église Saint-Germain-des-Près
www.1000ans.org



JPEG - 20.8 ko

Cette pièce de théâtre, jouée au théâtre de la Contrescarpe, retrace le destin singulier de l’écrivain mort en 1914.

PNG - 266.1 ko

La galerie Convergences propose une exposition hommage à la Galerie La Roue, à Guy Resse.

JPEG - 118.9 ko

Figure de l’imprimerie du Quartier Latin, elle a dirigé pendant des années le plus ancien atelier typographique français.

JPEG - 49.4 ko

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé consacre une exposition aux actrices françaises des années 1930-1939 qui ont inspiré réalisateurs et affichistes.