Comme au ciel ?
Vous avez aimé cet article, partagez le !

It must be Heaven, le nouveau film d’Elia Suleiman.

Derrière l’affiche prometteuse du film « It must be heaven », le caissier du cinéma L’Escurial ne chômait pas en ce jour de grèves et de manifestations, le 5 décembre 2019. Aux séances de 14H et de 16H, une queue de seniors et de cinéphiles fidèles s’étirait dans un boulevard de Port Royal inhabituellement vide.

En 1H42 de pur plaisir, le réalisateur et scénariste Elia Suleiman enchaîne des rencontres drolatiques dans des rues presque désertes, dans un coin tranquille de Palestine, puis à Paris, à New York et de retour en Palestine. Muet, notre faux naïf observe notre monde, sans ciller derrière ses lunettes et sous son chapeau. Ses spectateurs peuvent sourire ou rire de tout ou presque, à contre temps parfois : religieux orthodoxes, voisins abusifs, clochard chouchouté par deux secouristes, policiers, militaires, beaux mannequins et touristes parisiens, Américains surarmés puis déguisés pour Halloween, professeur et producteur de cinéma (Suleiman fut chargé de créer un département cinéma et media à l’université de Birzeit à Jerusalem) …

Cette comédie absurde et poétique peut faire penser à Buster Keaton ou à Jacques Tati, voire un peu à Woody Allen, mais dans un style plus épuré, moins verbeux, moins commercial. Elle a reçu une mention spécial du jury à Cannes.
Ce long métrage s’achève par une dédicace à la Palestine. Il est financé par la France (où réside Suleiman aujourd’hui), par le Qatar, l’Allemagne, le Canada, la Turquie et par la Palestine. « Si dans mes précédents films, la Palestine pouvait s’apparenter à un microcosme du monde, mon nouveau film tente de présenter le monde comme un microcosme de la Palestine », explique l’auteur, né à Nazareth en 1960. Sur le grand écran, le personnage Elia Suleiman interroge un tireur de tarot américain : « la Palestine finira-t-elle par exister ? » (NDLR : en tant qu’État reconnu). Réponse du cartomancien : « Elle existera, elle existera. Mais ni de mon vivant ni du vôtre »…

Actuellement au cinéma au Quartier Latin.

Photographies du film, source allocine.fr.



JPEG - 235.4 ko

Le Quartier Latin a toujours été une terre de recherches, de sciences et de médecine. Découvrez cette fabuleuse histoire.

PNG - 376 ko

Sur la place de la Contrescarpe, une enseigne — « AU NÈGRE JOYEUX » — a été vandalisée puis confiée à la mairie de Paris pour restauration. La Ville de Paris a décidé que l’enseigne resterait au Carnavalet. Cette décision est contestée. Cela a été l’objet du débat de la rencontre du 15 novembre.

JPEG - 34.2 ko

Une pièce de théâtre pleine de fantaisie nous plonge dans l’univers du compositeur Erik Satie

PNG - 157.1 ko

Une exposition au Val de Grâce permet de découvrir les clichés réalisés par le photographe pendant son service militaire

JPEG - 31.2 ko

Le Comité Quartier latin organise le 30 janvier à 18 h à la mairie du 5ème une conférence intitulée : « A TABLE... AU QUARTIER LATIN. La belle aventure du ChantAirelle (1995-2019) » par Frédéric Bethe.