Le Flore en 1940
28 janvier 2016 | Claire Jeantet | Lire | Histoire | Feuilleton | En citation |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Le Quartier Latin dans la littérature - n°4 : une plongée dans le Saint-Germain-des-Prés au début de la Seconde Guerre mondiale.

JPEG - 168.8 ko
« En 1940, au Flore, il y avait un poêle, du tabac, du café, un métro qui fonctionnait (tandis que, par exemple, la station Vavin était fermée,
ce qui a contribué au déclin de Montparnasse). »
Les Allemands étaient aussi plus nombreux dans le quartier de Montparnasse.
Ainsi, résistants et intellectuels préféraient se retrouver au Flore, on peut citer, entre autres, Sartre, Beauvoir, Camus, Queneau, Michelle et Boris Vian.
Une liberté toute neuve, Pierre Jouin, Éditions Klincksieck, 1995.

Cliquez éthique, achetez en librairie : annuaire des librairies du Quartier Latin.

© Patras



JPEG - 31.5 ko

Face à la crise, le Comité Quartier Latin demande le retour immédiat au tarif postal non surtaxé pour les libraires et éditeurs

JPEG - 57 ko

Un dialogue intense entre Léon Blum et Georges Mandel à la fin de la guerre 39-45. Une grande pièce de Jean-Noël Jeanneney au théâtre du Petit Montparnasse.

JPEG - 34.7 ko

Nous relayons une tribune de maisons d’édition parue dans l’Humanité

JPEG - 33.5 ko

Pour une nouvelle attention aux activités culturelles présentes au Quartier Latin

JPEG - 43.4 ko

Pétition pour soutenir les petites maisons d’Editions et les auteurs autoédités