Exposition de Gonzalo Martin-Calero
21 avril 2017 | Anne de Buridan | Voir | Galerie | Exposition |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Du 6 avril au 8 mai, découvrez les œuvres de Gonzalo Martin-Calero à la galerie des Patriarches.

Pour Gonzalo Martin-Calero

Au bord des mots coule le silence
Et sa couleur est sans égale
Demandez à la fleuriste la couleur du silence
Demandez-la au peintre
Mais aussi à l’enfant qui franchit le seuil de l’appartement vide
Au malade dans sa chambre d’hôpital
Aux amoureux sur une colline au-dessus de la ville qui dort
Le philosophe pense que toute couleur est silence
Il l’écrit et boit un verre avec fierté
Le poète pense que tout silence est couleur, et qu’il y a autant de couleurs que de silences
Il l’écrit, lui aussi, et s’appuie à la balustrade pour fumer une cigarette, rêveur
Les philosophes sont orgueilleux
Et les poètes, d’éternels distraits
Quand la fleuriste mélange les couleurs, elle est toujours un peu triste sans savoir pourquoi
Et quand le peintre mélange les couleurs, il crée des fleurs comme le printemps
Inutile de se demander s’il est fier ou distrait
Si son cœur bat plus fort pour les mimosas ou le philodendron
Inutile de se poser des questions à son sujet
Peut-être parce que l’abime au bord des mots ne le concerne nullement
Il mène le silence par le bout du nez
La fleuriste a lu un poème sur les fleurs du silence et elle le recopie, le pose dans sa vitrine
L’enfant
Le malade
Les amoureux
Gardent le secret du silence par devers eux
Il creuse leur poitrine
Brille au fond de leurs yeux
Remplit leur gorge comme la brume les vallées
Car il n’est pas que peur, douleur, bonheur
Mais le passage d’un ange
Très lent ou parfois très rapide
Et les anges meurent d’être dits comme les papillons si on les touche.

© Emmanuel Moses



PNG - 143.3 ko

Comment offrir à des jeunes artistes une visibilité face à des musées et à des galeries fermés ou inaccessibles ?

JPEG - 34.7 ko

Une librairie du quartier latin engagée et différente

JPEG - 56.3 ko

Nous relayons un article de Paris Zig Zag au sujet de la librairie "La Rose de Java" qui vit une situation très difficile

JPEG - 23.6 ko

Nous relayons deux articles parus dans le Parisien et Télérama qui font entendre parler les artistes et professionnels de la culture. Par ailleurs, d’après un sondage 7 Français sur 10 sont pour la réouverture des musées

JPEG - 37.8 ko

Raphaël Tiberghien travaille en équilibriste la sculpture, le langage et l’écriture. On peut déguster son sens de l’humour et de la poésie devant ses théières exposées à la galerie associative parisienne du Haut Pavé.