Exposition de Gonzalo Martin-Calero
21 avril 2017 | Anne de Buridan | Voir | Galerie | Exposition |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Du 6 avril au 8 mai, découvrez les œuvres de Gonzalo Martin-Calero à la galerie des Patriarches.

Pour Gonzalo Martin-Calero

Au bord des mots coule le silence
Et sa couleur est sans égale
Demandez à la fleuriste la couleur du silence
Demandez-la au peintre
Mais aussi à l’enfant qui franchit le seuil de l’appartement vide
Au malade dans sa chambre d’hôpital
Aux amoureux sur une colline au-dessus de la ville qui dort
Le philosophe pense que toute couleur est silence
Il l’écrit et boit un verre avec fierté
Le poète pense que tout silence est couleur, et qu’il y a autant de couleurs que de silences
Il l’écrit, lui aussi, et s’appuie à la balustrade pour fumer une cigarette, rêveur
Les philosophes sont orgueilleux
Et les poètes, d’éternels distraits
Quand la fleuriste mélange les couleurs, elle est toujours un peu triste sans savoir pourquoi
Et quand le peintre mélange les couleurs, il crée des fleurs comme le printemps
Inutile de se demander s’il est fier ou distrait
Si son cœur bat plus fort pour les mimosas ou le philodendron
Inutile de se poser des questions à son sujet
Peut-être parce que l’abime au bord des mots ne le concerne nullement
Il mène le silence par le bout du nez
La fleuriste a lu un poème sur les fleurs du silence et elle le recopie, le pose dans sa vitrine
L’enfant
Le malade
Les amoureux
Gardent le secret du silence par devers eux
Il creuse leur poitrine
Brille au fond de leurs yeux
Remplit leur gorge comme la brume les vallées
Car il n’est pas que peur, douleur, bonheur
Mais le passage d’un ange
Très lent ou parfois très rapide
Et les anges meurent d’être dits comme les papillons si on les touche.

© Emmanuel Moses



JPEG - 31.5 ko

Pétition du Comité Quartier Latin POUR UN FORFAIT "SPÉCIAL LIVRES" A LA POSTE

JPEG - 51.7 ko

« Sorcières », revue littéraire, artistique et féministe parue en 1975. Premier numéro : la nourriture

JPEG - 140.2 ko

Créée en 2007, la petite maison d’édition TriArtis, située dans le Quartier latin, vient de publier l’œuvre poétique d’Edmond Rostand.

JPEG - 206.9 ko

Portrait de l’association VSArt, qui propose des activités culturelles pour des personnes en situation de fragilité et d’isolement

JPEG - 30.7 ko

Merveilleux récital des poèmes d’Edmond Rostand, organisé par le Comité Quartier Latin, donné le 19 novembre par le comédien Jacques Mougenot au théâtre Mouffetard devant un nombreux public.