Giratoire
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Dominique Paravel a reçu le Prix Cazes-Brasserie Lipp 2016. J’avais eu le plaisir de lire Giratoire en avant-première, et quel plaisir !

Deux voix qui nous font entrer dans l’intimité des personnages à tour de rôle, sans jamais savoir si le chapitre suivant commencera au même point ou quelques instants plus tard. Comme dans Uniques (Serge Safran éditeur, 2013), Dominique Paravel a tout l’art de partir du réel, pour ne pas dire du banal (un rond-point, un restaurant de routier, un conseil municipal de guingois), pour mener le lecteur jusqu’au songe. Elle croque avec beaucoup de délicatesse et d’humour l’homme et la femme d’aujourd’hui dans notre société du paraître, qui enjoint à la productivité, à la bonne santé, à une vie rectiligne… et pourtant, on peut toujours s’échapper par une voie de secours, au sein d’un jardin perdu, au creux d’un poème, comme nous le (ré)appprennent Joaquin et Vivienne. Giratoire se lit le sourire aux lèvres.

Dominique Paravel, auteur, et Serge Safran, son éditeur

La remise du prix a eu lieu dans la célébrissime brasserie Lipp, le petit monde germanopratin se pressait entre les grands miroirs, les coupes de champagne, les coiffures, fards et bijoux des grands jours. Joël Schmidt, très digne président du jury, a monté quelques marches pour saluer la lauréate et ouvrir les festivités.

Giratoire de Dominique Paravel, Serge Safran éditeur, 2016. Prix Cazes-Brasserie Lipp 2016
© Raphaël Gaillarde



JPEG - 234.5 ko

Pour changer de regard sur l’Amazonie, son histoire et les peuples amérindiens qui l’habitent et la cultivent depuis des milliers d’années.

JPEG - 176.9 ko

Une expo consacrée au plus fameux des journaux policiers à la Bibliothèque des littératures policières.

JPEG - 179 ko

Quelques questions avec Ollivier Pourriol autour de John Truby

JPEG - 138.9 ko

Mais où est donc passé l’argent du Boléro de Ravel ? Venez découvrir la réponse le 27 mars.

JPEG - 251.7 ko

Du 6 avril au 8 mai, découvrez les œuvres de Gonzalo Martin-Calero à la galerie des Patriarches.