Hommage à un pays inexistant
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Là où naquit l’État indépendant nommé la Tchécoslovaquie, aujourd’hui disparu des cartes officielles, se dresse encore aujourd’hui le Centre tchèque de Paris, au 18 rue Bonaparte.

À l’occasion du 100e anniversaire de la création du Conseil national tchécoslovaque à Paris, le Centre tchèque de Paris expose des artistes tchèques ayant vécu à Paris du temps de l’existence de la Tchécoslovaquie, c’est-à-dire de 1916 à 1992.

Le 18, rue Bonaparte est le lieu de naissance de la Tchécoslovaquie indépendante, c’était la maison d’Edvard Benes, futur président de la République. Véritable QG pendant la Première guerre mondiale de la lutte anti-autrichienne (les terres de la future Tchécoslovaquie appartenaient à l’Empire autrichien), cette maison abrita le siège du Conseil national tchécoslovaque, de la Colonie tchécoslovaque, et servait d’imprimerie pour diverses revues indépendantistes. L’indépendance de la Tchécoslovaquie sera proclamée le 28 octobre 1918 lors de la capitulation autrichienne.

Pour célébrer la naissance de l’État tchécoslovaque, scindé en deux États, la Slovaquie et la République tchèque depuis le 1er janvier 1993, le Centre tchèque de Paris ne voulait pas d’un "projet documentaire et historiques" classico-classique et soporifique. L’exposition retrace l’histoire tchèque à la lumière d’une cinquantaine de tableaux. Elle s’attache à illustrer l’influence française sur les artistes tchèques, lors de séjours plus ou moins longs, et les liens entre les artistes tchèques et les événements historiques qui ont jalonné l’histoire tchèque - l’indépendance, le pacte de Munich en 1938, la dictature communiste, la révolution de velours. En 1916, František Kupka, fondateur de l’abstraction, était représentant de la Colonie tchèque de France, et Ludvík Strimpl, dessinateur, était un des proches amis et le secrétaire personnel d’Edvard Beneš. Cette intrication du politique et des milieux artistiques est une marque de fabrique, Vaclav Havel était dramaturge avant de mener la révolution de velours contre la main mise communiste et de devenir président de la République en 1989.
Les recherches menées dans le cadre de l’exposition ont permis de recenser les adresses des artistes tchèques ayant vécu à Paris et les galeries qui les ont exposés, dont plusieurs rue Bonaparte ! Un riche catalogue, publié en tchèque et en français, accompagne cette exposition inédite et gratuite. Le baiser de la France à la Bohème de Mucha, célèbre pour ses affiches, arrivera en septembre pour clore en beauté ce cycle.

Centre tchèque de Paris
Exposition Pour la Tchécoslovaquie, hommage à un pays inexistant
17 juin 2016-30 septembre 2016.
Du mardi au samedi de 13h à 20h. Entrée libre.



JPEG - 151.2 ko

Amoureuses des livres et de la littérature ! Passionnés d’histoire et de philosophie ! Le Quartier latin fête le livre.

JPEG - 213.9 ko

Le célèbre Stabat Mater de Pergolèse sera donné à Saint-Séverin, le 9 juin 2017, par de jeunes talents de la musique baroque.

JPEG - 167.6 ko

Pour sa 35e édition, le Marché de la poésie vous donne rendez-vous place Saint Sulpice.

JPEG - 265.8 ko

Compte-rendu de la table ronde organisée à la Mairie du Ve pendant le festival Quartier du Livre.

JPEG - 151.9 ko

Une rencontre autour de l’autrice et peintre suisse, Sylvie Dubal à l’occasion de la diffusion du film qui a été réalisé par Marcel Grodwohl.