L’hôtel Haricot de M. de Balzac
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Balzac fit un court séjour dans la prison de la Garde nationale. Située rue des Fossés-Saint-Bernard, elle est surnommée l’hôtel Haricot.

Balzac y est emmené de force pour ne pas avoir respecté ses tours de garde. L’épisode est raconté d’une manière savoureuse par Max Genève, dans son dernier ouvrage, Le voyage de M. de Balzac à Turin, chez Serge Safran éditeur (janvier 2016).

« Cela dit l’expérience ne fut pas désagréable. Le commerce de certains compagnons d’infortune était même plaisant, Honoré y croise par exemple Eugène Sue, un collègue, feuilletoniste. Dès le premier jour, il rend sa "cellule" confortable, c’est toléré, il suffit d’y mettre le prix. Il obtient du feu, des chandelles pour travailler la nuit - il faut apporter d’urgentes et ultimes corrections aux épreuves du Lys dans la vallée - une table, un fauteuil. Il aime avoir des fleurs ? Des admiratrices lui en envoient. […] Pour échapper aux haricots de la cantine, il se fait livrer ses repas directement de chez les meilleurs traiteurs. » (pp.31-32)

Rencontre avec Max Genève, le mardi 22 mars 2016, à 20h30, au 1er étage du Café de la Mairie, place Saint-Sulpice, 75006 Paris. Dans le cadre des Mardi littéraires de Jean-Lou Guérin.

©BnF - Hôtel des Haricots (prison de la garde nationale), 1864. Graveur, Martial.



JPEG - 43.7 ko

Quand une petite innovation change le quotidien.

JPEG - 234.1 ko

Quand les réverbères étaient suspendus au dessus des rues, il fallait pouvoir y accéder...

PNG - 480.8 ko

Quand les Arts se mettent à table : Préambule : Bruno, le boulang’artiste

JPEG - 98.5 ko

Arcimboldo, peintre par excellence de la nature morte

JPEG - 47.1 ko

« PAYSAGES de peintre : Toujours des ‘plats d’épinards’ ». Flaubert