L’armée d’Orient : il y a 100 ans, les Balkans dans la Grande Guerre
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Une exposition à la mairie du 5ème rappelle le rôle important de l’armée française d’Orient dans la guerre 1914-1918, un rôle souvent oublié.

"Les poilus d’Orient furent et demeurent les oubliés de la guerre", c’est le titre d’une affiche quelques années après la fin de la guerre de 1914-1918.

Les choses n’ont pas changé avec le temps : la présence des troupes françaises, et leur rôle décisif sur le front oriental, restent largement occultés.

L’expo à la mairie du 5ème rend justice à cette armée d’Orient qui a joué un rôle important dans cette guerre. On l’oublie parfois : la guerre 14-18 ne s’est pas limitée à une guerre franco-allemande. Elle a été mondiale et, surtout, européenne. 45 000 soldats français sont morts aux combatx dans les Balkans, combats qui ont abouti à la victoire de septembre 1918 : commandées par le maréchal Franchet d’Espérey, les armées alliées ont remporté contre les Bulgares, le 15 septembre 1918, à la suite d’une offensive dans la montagne, la bataille de Dobre Polje ; cette victoire a hâté la capitulation de l’Allemagne car elle a eu pour conséquence l’effondrement de ses alliés, l’Autriche-Hongrie et la Bulgarie. Et le premier armistice de cette guerre eut lieu le 29 septembre 1918, peu avant celui de Rethondes. Les Serbes, reconnaissants, ont érigé des monuments pour célébrer l’intervention française et Franchet d’Esperey est plus connu en Serbie qu’en France.

Encore plus méconnue, la mission des officiers français, avec à leur tête le général Berthelot, en Roumanie. L’armée de ce pays avait été défaite par l’armée allemande. Profitant d’un répit, les officiers français réorganisent et forment l’armée roumaine, qui reçoit également armes et munitions. Les médecins français jouent aussi un rôle important contre le typhus qui décime les troupes roumaines. L’armée roumaine remporte la bataille de Marasesti, le "Verdun roumain". Oublié en France, le général Berthelot est célébré en Roumanie comme un héros et un ami de ce pays.

Ces épisodes sont présentés à travers des films d’archives, des photos, des coupures de presse, des affiches.

Une expo qui amène à réfléchir sur la mémoire et l’oubli des faits historiques.

- Expo à la mairie du 5ème arrondissement de Paris jusqu’au 17 novembre.

- A noter que le Centre culturel de Serbie à Paris, 23 rue Saint-Martin, présente jusqu’au 1er décembre une expo "Serbes et Français dans la Grande Guerre"

Sources : image wikipedia, affiche mairie du 5e



JPEG - 51.7 ko

« Sorcières », revue littéraire, artistique et féministe parue en 1975. Premier numéro : la nourriture

JPEG - 140.2 ko

Créée en 2007, la petite maison d’édition TriArtis, située dans le Quartier latin, vient de publier l’œuvre poétique d’Edmond Rostand.

JPEG - 30.7 ko

Merveilleux récital des poèmes d’Edmond Rostand, organisé par le Comité Quartier Latin, donné le 19 novembre par le comédien Jacques Mougenot au théâtre Mouffetard devant un nombreux public.

JPEG - 74.7 ko

Un éditeur du haut de son 47è étage de la Tour Montparnasse regarde un éditeur qui œuvre au premier étage d’une librairie au bout de la rue Malebranche à deux pas de la Sorbonne.

JPEG - 58.3 ko

Clemenceau au Panthéon... pour une exposition.

JPEG - 62.3 ko

Un berger, deux perchés à l’Elysée, documentaire désopilant sur un candidat provincial à l’élection présidentielle française de 2017. Avec deux années de retard, sur fond de gilets jaunes et non plus d’élection présidentielle.