L’art du fromage aux feuillantines
20 novembre 2014 | Anne de Buridan | Découvrir |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

La fromagerie Maury, en haut de la rue Claude Bernard, à ouvert depuis 6 mois. On y célèbre l’art du fromage et de la tradition fromagère.

Christophe Maury est un jeune trentenaire discret qui parle volontiers de ses fromages mais très peu de lui-même et c’est bien ainsi. On saura néanmoins qu’il a fait quelques années de formation auprès de Jean-Pierre Le Roch, maître affineur à Pontoise, et tout le monde sait depuis François Villon que Paris est près de Pontoise, avant de venir s’installer ici, dans le Quartier Latin, sur les hauteurs de la Montagne Saint-Geneviève.

Le fromage, pour lui, est un retour au source, à des odeurs, des goûts et des sensations qui lui viennent de loin, de son enfance et pour construire son rêve, il choisit le meilleur : belles pâtes cuites de France, comme le Comté ou le Beaufort, de Suisse, comme le Monlési du Jura Suisse, le Gruyère de Fribourg, ou l’Etivaz, un fromage au lait fumé avant d’être pressé et cuit puis séché sur des planches d’épicéa ; des belles pâtes molles aussi comme ses fromages de Bourgogne dont l’époisses de chez Gaugry, le dernier époisses au lait cru, ou des Langres à croûte jaune. Et puis les fromages persillé comme le Roquefort de chez Yves Combes, le vieux berger, qui a un peu sa préférence...

La fromagerie Maury propose aussi de la belle charcuterie au cas où vous voudriez vous préparer une petite fondue de haut vol. Elles viennent de Corse, d’Italie ou d’Espagne et de France, essentiellement du Sud-Ouest. Toutes sont élaborées par de petits producteurs artisanaux et sélectionnée avec le plus grand soin d’un passionné.

Fromagerie Maury
1, rue des Feuillantines 75005 Paris
09.52.81.84.98



JPEG - 263.5 ko

Pour changer de regard sur l’Amazonie, son histoire et les peuples amérindiens qui l’habitent et la cultivent depuis des milliers d’années.

JPEG - 172.7 ko

Une expo consacrée au plus fameux des journaux policiers à la Bibliothèque des littératures policières.

JPEG - 103.5 ko

Quelques questions avec Ollivier Pourriol autour de John Truby

JPEG - 120.1 ko

Mais où est donc passé l’argent du Boléro de Ravel ? Venez découvrir la réponse le 27 mars.

JPEG - 229.6 ko

Du 6 avril au 8 mai, découvrez les œuvres de Gonzalo Martin-Calero à la galerie des Patriarches.