L’un de nous deux : Mandel/Blum
28 octobre 2019 | Alain Garabiol | Savoir | Voir | Critique | Spectacle | Histoire | Blum | Mandel |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Un dialogue intense entre Léon Blum et Georges Mandel à la fin de la guerre 39-45. Une grande pièce de Jean-Noël Jeanneney au théâtre du Petit Montparnasse.

27-28 juin dans une prison en Allemagne. Deux hommes face à face : Léon Blum, fidèle de Jaurès, et Georges Mandel, proche de Clemenceau. Ils confrontent leurs idées et leur passé. L’intensité de leur dialogue se nourrit de leurs convictions différentes, de leurs tempéraments opposés, de leurs souvenirs distincts, et aussi du sentiment que leur vie est menacée : ils ont en effet été livrés à Hitler par Pétain et ils se savent en sursis.

Dialogue imaginaire, mais si vraisemblable, de haute tenue : les deux hommes d’État dissertent de l’Histoire, des décisions parfois difficiles qu’ils ont prises, des choix qu’il leur a fallu faire, et discutent vivement des avantages du compromis et de l’intransigeance. L’un, Georges Mandel, plusieurs fois ministre, défend le souvenir de Clémenceau, l’autre, Léon Blum, celui de Jaurès. Deux conceptions différentes de la République et du rôle de L’État. Et deux tempéraments différents, Mandel, très entier, qui défend le réalisme, et Blum, plus dans la nuance, qui défend l’idéalisme. Deux conceptions différentes de la République et du rôle de l’État. Ils se disputent parfois mais se réconcilient, tant leurs valeurs communes l’emportent sur leurs divergences, et ils parviennent parfois, malgré leur situation, à conserver un peu d’humour.

La prison est une petite maison où les deux hommes peuvent jouer au billard, écouter une radio ou un gramophone, mais cette maison est située à proximité du camp de concentration de Buchenwald....A travers la fenêtre, on voit ce bâtiment de la mort, et, de temps en temps, un camion militaire qui passe.

Après l’assassinat de Philippe Henriot, ministre de l’information de Vichy, Blum et Mandel pressentent que l’un d’eux sera exécuté à titre de représailles. Et, quand celui qui a été désigné part vers la mort, le Chant des Partisans retentit à la fin du spectacle...

Le texte de Jean-Noël Jeannneney est remarquable par sa profondeur, la justesse des mots, les émotions qui se profilent derrière les idées exprimées. Christophe Barbier et Emmanuel Dechartre jouent à la perfection, incarnant avec force et sensibilité leur personnage historique. Mise en scène sobre et inventive de Jean-Claude Idée.

"L’un de nous deux", une pièce qui fait réfléchir et qui élève.

- Théâtre du Petit Montparnasse, 31 rue de la Gaité. Tous les jours (sauf dimanche et lundi) à 19h, le dimanche à 13h.
01 43 22 77 74



JPEG - 31.5 ko

Face à la crise, le Comité Quartier Latin demande le retour immédiat au tarif postal non surtaxé pour les libraires et éditeurs

JPEG - 81.9 ko

Nous relayons une pétition de "AKFG éditions" : "sauvons nos petites maisons d’éditions"

JPEG - 74.8 ko

TROIS RECITS DE JORIS KARL HUYSMANS, EXTRAITS DE SES "CHRONIQUES PARISIENNES", SONT REEDITES PAR L’EDITEUR L’ESPRIT DU TEMPS. UN TEMOIGNAGE POETIQUE ET EMOUVANT D’UNE VILLE DISPARUE

JPEG - 34.7 ko

Nous relayons une tribune de maisons d’édition parue dans l’Humanité