L’union des librairies, la force du collectif
17 février 2016 | Renny Aupetit | Librairie | Lire |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Travailler en réseaux, à échelle locale ou nationale, est la grande force des librairies indépendantes. Démonstration.


1 livre sur 4 est vendu par un libraire. Les 3 autres sont vendus par des grandes surfaces, des chaînes et des multinationales. Nous, les commerçants culturels à taille humaine, animateurs de nos quartiers, vecteurs du lien social, représentons le vivier de la création et de la diversité culturelle : de la biblio-diversité. Et si depuis 15 ans, nous avons été parfois inquiets, menacés, aujourd’hui, nous portons fièrement la croissance du marché du livre. C’est vrai en France, à Paris, et particulièrement dans le Quartier Latin, le territoire qui affiche la plus grande densité de librairies au monde, où les librairies indépendantes illustrent ce dynamisme avec des ouvertures de nouvelles librairies, des initiatives culturelles collectives, comme le Comité Quartier Latin et sa revue web quartierlatin.paris, et des manifestations, comme le Festival Quartier du Livre, qui fédèrent une centaine de libraires.

Chacun d’entre nous, libraires motivés et passionnés, menons notre aventure individuelle tout en vivant une aventure collective à travers la notion de mutualisation : nous participons, animons des associations comme Librest et Paris Librairies, des groupements, comme Lalibrairie.com, qui permettent à chacun d’aller plus loin que sa zone de chalandise, d’être accessible aux clients 24h sur 24, de fournir plus rapidement des livres qu’ils soient en stock ou non, de pouvoir répondre à des demandes toujours plus exigeantes comme les livres en VO ou encore les livres numériques. Ainsi avec la palette de prestations associées, c’est le service au client qui progresse, c’est le client qui y gagne et c’est probablement pour cela que nous sommes chaque jour davantage dans le cœur des lecteurs parisiens.

À titre individuel, la librairie que j’ai ouverte il y a cinq mois « Le Comptoir des Lettres » au 52 boulevard Saint-Marcel (75005), outre qu’elle m’a permis de revenir dans le Quartier Latin où j’ai fait mes études (un doctorat de Génétique à Jussieu), m’a démontré combien ce quartier est agréable, vivant et accueillant. Dès le premier jour des travaux, j’ai vu des personnes venir me saluer, m’encourager, et, depuis l’ouverture, les clients sont au rendez-vous. Nous y proposons des rencontres, des animations, des ateliers pour les enfants, c’est devenu en quelques semaines un lieu bien vivant, fréquenté, passionné et ouvert tous les jours y compris le dimanche.

La librairie Le Comptoir des Lettres a probablement de beaux jours devant elle, j’en suis convaincu et je sais qu’elle le doit énormément à cet esprit collégial d’une profession qui se réinvente chaque jour pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Librairie le Comptoir des Lettres, 52 boulevard Saint Marcel, 75005 Paris

Librairie Le Comptoir des Lettres, 52 boulevard Saint-Marcel, 75005 Paris
Ouvert tous les jours.



JPEG - 234.5 ko

Pour changer de regard sur l’Amazonie, son histoire et les peuples amérindiens qui l’habitent et la cultivent depuis des milliers d’années.

JPEG - 234.7 ko

Une expo consacrée au plus fameux des journaux policiers à la Bibliothèque des littératures policières.

JPEG - 179 ko

Quelques questions avec Ollivier Pourriol autour de John Truby

JPEG - 138.9 ko

Mais où est donc passé l’argent du Boléro de Ravel ? Venez découvrir la réponse le 27 mars.

JPEG - 251.7 ko

Du 6 avril au 8 mai, découvrez les œuvres de Gonzalo Martin-Calero à la galerie des Patriarches.