La nuit de la lecture au Quartier Latin
11 janvier 2017 | Anne de Buridan | Rencontrer | Lancement |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Un parcours entre trois librairies pour célébrer la nuit de la lecture.

Pour la Nuit de la lecture, trois librairies vous convient à une petite balade littéraire dans les rues du Quartier Latin. A partir de 18h, rendez-vous rue Tournefort, à la librairie des éditeurs associés. Là, premières lectures.
La prochaine étape, vous conduira à la librairie portugaise et brésilienne, place de l’estrapade, pour des récits d’aventures.
Enfin, la soirée se terminera autour de lectures et de vin chaud dans les locaux de l’ancienne librairie Corti, rue Médicis, qui deviendront à partir du mois de février, les nouveaux locaux de la librairie ... des Éditeurs associés. Cette soirée sera donc l’occasion d’un premier passage de témoin entre les deux lieux.

Les éditions José Corti quittent, en effet, le lieux qui les abritent depuis que José Corti, éditeur des surréalistes et des dadaïstes, s’y était installé en 1935. Cependant, les livres des éditions José Corti resteront en lieux et place. La nouvelle librairie des Éditeurs associés, qui regroupe les éditions À Propos, Chandeigne, Esperluète et Points de suspension depuis 2012,sera plus grande et plus spacieuse que celle de la rue Tournefort et permettra d’accueillir plus d’éditeurs indépendants dans une librairie rénovée.

Littérature, jeunesse, sciences humaines, albums graphiques, poésie, beaux livres, typographie... Tout ce qui a fait le charme de la librairie de la rue Tournefort sera désormais disponible juste en face des grilles du Luxembourg.



JPEG - 43.7 ko

Quand une petite innovation change le quotidien.

JPEG - 234.1 ko

Quand les réverbères étaient suspendus au dessus des rues, il fallait pouvoir y accéder...

PNG - 480.8 ko

Quand les Arts se mettent à table : Préambule : Bruno, le boulang’artiste

JPEG - 98.5 ko

Arcimboldo, peintre par excellence de la nature morte

JPEG - 59.2 ko

« PAYSAGES de peintre : Toujours des ‘plats d’épinards’ ». Flaubert