Les cinémas se trouvent dans une situation "intenable"
15 décembre 2020 | Voir | Covid-19 | Ouverture | Cinéma |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Sophie Dulac, distributrice et exploitante, a été interrogée par le site Allociné pour faire part des difficultés dans lequel se trouve le secteur face à l’annonce du prolongement de fermeture des salles

Nous relayons une partie de l’interview

"AlloCiné : On ne tablait pas sur un scénario aussi compliqué. Après les annonces du 24 novembre, en vue d’un déconfinement progressif, le secteur du cinéma était plutôt optimiste et s’était organisé pour sortir des films dès le 15 décembre. A partir de quel moment avez-vous senti que le vent tournait ?

Sophie Dulac, exploitante et distributrice : Oui, c’est vrai qu’on y croyait tous. On a senti le vent tourner à partir du moment où on a commencé à nous expliquer que l’épidémie ne baissait plus, qu’il y avait encore trop de cas, qu’on était encore à 10 000 par jour, ce qui fait loin des 5 000... Ça date d’il y a 4-5 jours, pas plus que ça.

La difficulté dans une situation comme celle-là est, qu’encore une fois, -quasiment une semaine avant-, on nous dit qu’on ne rouvrira pas. C’est à chaque fois la même chose. Cela fait quand meme trois semaines que tout le monde travaille d’arrache-pied pour pouvoir sortir un nombre de films, qui devient presque ubuesque maintenant, tous les films se décalant… Il y avait une quarantaine de longs métrages, ce qui est hallucinant. Mon programmateur s’est arraché les cheveux.

Et tout ça pour ne pas savoir où on va. Car, le 7 janvier n’est pas une date de réouverture, mais d’évaluation de la situation. Le 7 janvier, on ne va sans doute pas rouvrir, si ça n’a pas baissé. On va de nouveau recommencer à travailler dans l’éventualité que nous rouvrions le 7 janvier mais encore, à mon avis, pour rien.

Le problème est qu’il y a une méconnaissance absolue du terrain par ces gens-là. C’est à dire qu’ils ne savent même pas comment ça fonctionne. Ils ne prennent même pas la peine de se demander comment on fait."

Vous pouvez trouver la suite de l’interview sur le site :

https://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18695249.html?fbclid=IwAR1CWhAmRpYKaHwZsoZljj67ZjkAZa-fbmb9Yb14AWG1_sk4m6mmPazHWpQ



PNG - 143.3 ko

Comment offrir à des jeunes artistes une visibilité face à des musées et à des galeries fermés ou inaccessibles ?

JPEG - 34.7 ko

Une librairie du quartier latin engagée et différente

JPEG - 56.3 ko

Nous relayons un article de Paris Zig Zag au sujet de la librairie "La Rose de Java" qui vit une situation très difficile

JPEG - 23.6 ko

Nous relayons deux articles parus dans le Parisien et Télérama qui font entendre parler les artistes et professionnels de la culture. Par ailleurs, d’après un sondage 7 Français sur 10 sont pour la réouverture des musées

JPEG - 37.8 ko

Raphaël Tiberghien travaille en équilibriste la sculpture, le langage et l’écriture. On peut déguster son sens de l’humour et de la poésie devant ses théières exposées à la galerie associative parisienne du Haut Pavé.