Paris s’éveille sur un succès
2 octobre 2015 | Comité Quartier Latin | Écouter |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Compte rendu de la soirée de projection du film, Il est minuit, Paris s’éveille... à la mairie du VIe arrondissement.

Cette magnifique soirée a réuni environ 230 personnes dans la salle des fêtes de la mairie du 6ème arrondissement. Les spectateurs, accueillis à partir de 17h30, ont pu boire une consommation non alcoolisée avant de s’installer dans la salle des fêtes.

Peu après 18h, Robert Lévy, président du Comité Quartier latin, présente Yves Jeuland, le réalisateur du film. Celui-ci remercie d’ abord le public d’être venu aussi nombreux. Il rappelle que les premiers cabarets de la rive gauche se trouvaient dans ce 6ème arrondissement à Saint-Germain-des- Prés. Et il explique qu’il lui a fallu beaucoup de temps pour réaliser ce documentaire, rendu possible grâce aux archives de l’INA et aux conseils de Henri Gougaud. Yves Jeuland explique qu il ne peut malheureusement rester car son documentaire "A l’Élysée, un temps de Président", est diffuse le soir même sur France 3.

Jean Pierre Lecoq, maire du 6ème arrondissement, déclare qu’il est heureux d’accueillir les spectateurs dans cette salle des fêtes transformée en salle de projection. Il dit à Yves Jeuland qu’il trouve ses films remarquables. Il apprécie le côté nostalgique de "Il est minuit Paris s’éveille", mais affirme cependant qu’il y a un "après" à Saint Germain- des- Prés. Il faut, dit-il, continuer à faire vivre ce quartier, notamment par le festival de jazz.

Robert Levy reprend la parole pour rappeler les buts du Comité Quartier latin, promouvoir la vie culturelle, en insistant sur le soutien aux commerces culturels. Et il invite le public, à l’issue de la projection, à acheter un DVD du film à des personnes de l’INA présentes au fond de la salle. Puis vient la projection du film qui enchante les spectateurs. Les archives font revivre les cabarets de la Rive gauche tels le Tabou, l’Écluse, l’Échelle de Jacob, la Contrescarpe ou le Port du Salut, qui permirent à nombre de chanteurs, de Barbara à Mouloudji, de Cora Vaucaire à Léo Ferré de se faire connaître. Les témoignages récents d’artistes comme Charles Aznavour, Jean Rochefort, Juliette Greco, Anne Sylvestre, Francesca Solleville ou Paul Tourenne, un des quatre Frères Jacques, apportent un éclairage intéressant sur cette époque éloignée des impératifs commerciaux. Retenons cette belle phrase de Henri Gougaud : " Ils n’ont pas volé aussi haut qu’ ils l’auraient voulu, mais ils ont volé à l’air libre."

Le film se termine sous un tonnerre d’applaudissements.

Après la projection, Marie-Thérèse Orain raconte des anecdotes sur ces cabarets où elle a débuté sa carrière d’artiste et dont elle n’a gardé que de bons souvenirs. Puis elle présente Gilles Tcherniak, directeur du Forum Léo Ferre, à Ivry, qui évoque le Cheval d or, un cabaret rive gauche dont ses parents étaient propriétaires.
Quelques bonus sont projetés alors que l’ INA vend des DVD du film à des spectateurs enthousiastes. Le public quitte la salle peu après 20h.

Cette soirée qui a pu avoir lieu grâce à l’initiative et l’implication de Nicole Medjeveski, vice-présidente du Comité Quartier latin, à l’aide de notre secrétaire Jean Granat, à la participation de l’INA et de la mairie du 6eme arrondissement, a été un grand succès, tant pour les spectateurs que pour les organisateurs.



JPEG - 263.5 ko

Pour changer de regard sur l’Amazonie, son histoire et les peuples amérindiens qui l’habitent et la cultivent depuis des milliers d’années.

JPEG - 234.7 ko

Une expo consacrée au plus fameux des journaux policiers à la Bibliothèque des littératures policières.

JPEG - 103.5 ko

Quelques questions avec Ollivier Pourriol autour de John Truby

JPEG - 138.9 ko

Mais où est donc passé l’argent du Boléro de Ravel ? Venez découvrir la réponse le 27 mars.

JPEG - 179.8 ko

Du 6 avril au 8 mai, découvrez les œuvres de Gonzalo Martin-Calero à la galerie des Patriarches.