LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DE LA CULTURE

Face à la crise, le Comité Quartier Latin demande le retour immédiat au tarif postal non surtaxé pour les libraires et éditeurs

Monsieur le Ministre de la Culture,

Il y a péril en la demeure ! Aujourd’hui, l’heure est particulièrement grave pour les libraires et les éditeurs qui subissent une crise sans précédent liée aux conséquences du coronavirus. C’est l’existence même d’un grand nombre d’entre eux qui est en jeu.

Déjà, en 2018, le Comité Quartier Latin avait alerté les pouvoirs publics, par une pétition mise en ligne, sur les difficultés du métier de libraire : outre l’ augmentation de leur loyer et la concurrence des géants de l’Internet qui profitent de leur puissance pour contourner les circuits traditionnels, les libraires, depuis 2015, sont pénalisés par un autre problème : la Poste impose un tarif surtaxé, Colissimo, dès qu’un livre à expédier dépasse trois centimètres d’épaisseur. Ce tarif, qui a donc aggravé les difficultés d’un métier déjà fragilisé, met également en difficulté les éditeurs.

Pour les soutenir efficacement aujourd’hui, il faut aujourd’hui des mesures immédiates et concrètes comme le retour immédiat au tarif postal non surtaxé pour les libraires et les éditeurs, et l’instauration d’un tarif "spécial livres ».

Le prix unique du livre a été heureusement instauré en 1981. Les objectifs étaient la préservation de la librairie de détail ainsi que l’existence d’une offre diversifiée et de qualité. Mais celle-ci est aujourd’hui menacée.

L’égalité est un des grands principes républicains. L’égalité de traitement entre les acteurs de la vie culturelle doit en résulter.

Demander à la Poste le retour à un tarif non surtaxé nous semble indispensable aujourd’hui pour sauver les libraires et les éditeurs.

Pour les envois de livres à l’étranger, la Poste propose un tarif réduit "livres et brochures". Ce qu’elle fait à l’étranger, la Poste ne peut-elle le faire pour les envois de livres en France ?

Libraires et éditeurs : leur survie est en jeu ! A travers eux, c’est le Livre et la Culture que nous défendons.

En cette heure grave pour ces professionnels qui sont essentiels et indispensables à la vie économique et à la société, il faut très rapidement un geste fort pour les aider.

Nous comptons sur vous, Monsieur le Ministre de la Culture, pour que l’État, actionnaire de la Poste, use de toute son influence et qu’un tarif non surtaxé soit instauré immédiatement pour les libraires et les éditeurs.

Cette mesure vous honorera et donnera un coup de pouce absolument vital aujourd’hui à ces professionnels de la Culture.

LE COMITE QUARTIER LATIN

Vous pouvez retrouver aussi une tribune publiée sur le blog de mediapart (le Comité Quartier Latin est parmi les signataires)

TARIF POSTAL LIVRE "Pour libérer l’envoi des livres : le tarif postal dédié aux livres"

https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/200520/pour-liberer-lenvoi-des-livres-le-tarif-postal-dedie-aux-livres

Photographie Jamie Taylor

JPEG - 149.8 ko

Pour une stratégie renouvelée face à la déliquescence du commerce culturel au Quartier Latin, Ingrid Ernst, membre du bureau de notre Comité, a écrit cette lettre ouverte, que le CQL a adressée aux principaux destinataires

JPEG - 91.9 ko

Compte-rendu de la conférence donnée le 18 décembre à la mairie du 5ème

JPEG - 187.5 ko

Et si le véritable lieu de l’action des Misérables n’était pas là où Victor Hugo l’a dit ?

JPEG - 258.3 ko

Le Comité Quartier Latin vous invite une nouvelle fois à découvrir un des aspects historiques du Quartier Latin lors de la conférence : le Quartier Latin, Berceau de la Pharmacie.

JPEG - 70.9 ko

L’évolution de l’homme et de son environnement. Partie II.
Le manifeste d’un " climatoréaliste ", Jean Granat.