Un Quartier Latin... en terre d’Amérique !
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Découvrez un Quartier Latin bien loin, dans un pays lointain et proche à la fois, puisqu’à en croire Camus, nous partageons la même patrie, la langue française.

Le Quartier Latin de Montréal ne possède ni la mémoire millénaire ni la profondeur patrimoniale de son cousin de Paris [1]. Mais il peut se targuer de partager une partie de son âme ! Il est né pendant le régime français vers la fin du XVIIe siècle, alors qu’il accueille ses premiers habitants sédentaires et qu’il assure la transition entre le quartier historique, dit Vieux-Montréal, et ce territoire qui deviendra le Plateau Mont-Royal, quartier célèbre s’il en est un, puisqu’il regroupe aujourd’hui, au kilomètre carré, la plus grande proportion d’expatriés français hors d’Europe.

Invoquant une parenté avec le Quartier Latin de Paris, celui de Montréal acquiert son appellation en 1876, année de l’inauguration d’une filiale de l’Université Laval. Devenue autonome, elle se transforme : elle prend le nom d’Université de Montréal et fonde l’école Polytechnique et l’école des Hautes Études Commerciales. Ce quartier est alors florissant et très animé, il fait rayonner au loin les arts, la culture et la connaissance d’expression française.

Le déménagement de l’Université de Montréal, de ses écoles et instituts dans un autre arrondissement plonge en 1940 le Quartier dans une mélancolie qui durera une trentaine d’années.

À la fin de la décennie 1960, conséquences de ce qu’on désigne au Québec sous le nom de Révolution tranquille, c’est-à-dire la naissance du Québec moderne, apparaissent l’UQÀM (Université du Québec à Montréal), le Cégep (ou collège) du Vieux-Montréal, la Cinémathèque québécoise, autant d’établissements qui redonnent un second souffle au Quartier Latin. Puis viennent les cafés, les bistrots, les librairies, les cinémas et salles de spectacle, les expositions et festivals…

L’inauguration de la Grande Bibliothèque en 2005 consolide cette renaissance. Cette vocation culturelle et académique se verra renforcer par le projet de « l’Incubateur », un espace citoyen pour la jeunesse, qui aura pignon sur rue dans la bibliothèque Saint-Sulpice, un immeuble patrimonial qu’on a beaucoup négligé ces dernières années. Autre fait à signaler : l’Université est revenue dans le Quartier Latin par l’intermédiaire de son Centre hospitalier (dans un édifice laid à pleurer, mais cela est une autre histoire…).

[1"Ma patrie, c’est ma langue" Albert Camus

Crédit photo :
- Bibliothèque Saint Sulpice © Bibliothèque et Archives nationales du Québec,
- Université de Montréal © Wikipédia,
- Quartier latin de Montréal © Sylvain Lévesque.
- Grande bibliothèque du Québec © Beaubois.ca
- Grande bibliothèque du Québec de nuit © Martine Doyon



JPEG - 109.9 ko

Une plaque a été apposée rue de l’Odéon en hommage à cette libraire, éditrice, écrivaine et poétesse du Quartier Latin.

JPEG - 41.8 ko

Nous relayons une pétition de Change.org lancée par Les amis de l’Institut de Phonétique (ILPGA)

JPEG - 17.7 ko

Sophie Dulac, distributrice et exploitante, a été interrogée par le site Allociné pour faire part des difficultés dans lequel se trouve le secteur face à l’annonce du prolongement de fermeture des salles

JPEG - 91.5 ko

Une exposition au Jardin des Plantes met en valeur le travail discret et efficace des professionnels du Muséum national d’histoire naturelle.

PNG - 143.3 ko

Comment offrir à des jeunes artistes une visibilité face à des musées et à des galeries fermés ou inaccessibles ?