Rencontre avec une étoile filante, Edmond Baudoin
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Dans le cadre du Quartier du Livre, la librairie Album a reçu le dessinateur et scénariste de bandes-dessinées Edmond Baudoin pour souligner l’ensemble de son œuvre.

Précurseur de la bande-dessinée autobiographique, Edmond, c’est comme ça qu’il souhaite que nous l’appelions, c’est lancé dans le dessin au début des années 80. Il abandonnait une carrière confortable de cadre pour partir à l’aventure, pour vivre tous les possibles. Il fait ses débuts avec Futuropolis sous les conseils de son éditeur Étienne Robial, puis l’Association prend le relais et suivent d’autres éditeurs, grands ou petits. Dans tous les cas, l’éditeur s’adaptera toujours au travail de l’auteur et non l’inverse.
Ses œuvres racontent sa vie, son village des Alpes Maritimes, Villars, ses amours, son frère Piero, ses amis, ses passions... Il n’a aucun tabou.

Son trait à l’encre de Chine rempli de pleins et de déliés anime chacune de ses cases. Il n’a pas fait d’école d’art, il a appris en pratiquant. Il a toujours dessiné. Il a toujours voulu raconter des histoires. Des histoires à la fois personnelles et universelles. Edmond veut se faire plaisir mais surtout il veut faire plaisir aux autres. Il veut faire des livres pour ceux qui voudraient mais qui ne peuvent pas pour diverses raisons. Sa mère, figure très importante pour Edmond, ne savait ni lire ni écrire mais, comme beaucoup de personnes, avait tant de choses à dire, à partager. Edmond, doté du talent que nous lui connaissons aujourd’hui, c’est senti, et se sent toujours comme pressenti pour écrire et dessiner ce que les autres ressentent. Pour lui, c’est son rôle dans ce bas monde.

Des projets, il en a plein, un travail à quatre mains avec Craig Thomson, et un livre plus personnel sur le fait de devenir vieux. Et oui car Edmond est un monsieur de plus de soixante-dix ans aujourd’hui. Quand on parle avec lui on ne le voit pas, mais il nous le rappelle. Ce qui lui fait peur, ce n’est pas le fait que la fin approche mais plutôt de n’avoir pas le temps pour tout faire... Et de ne plus voir, à moment donné, les beautés de ce monde, un peu comme le décrit Pagnol dans César : Panisse qui ne verra plus la Canebière en se rasant tout les matins.

Edmond est un personnage extrêmement charismatique, et chacune de ses rencontres est un véritable plaisir. Il vous transmet une énergie, le désir de soulever des montagnes mais surtout le besoin d’être soi même, d’être vrai et d’accomplir l’impossible.

Lætitia Carton a su dans son film, Edmond, un portrait de Baudoin, décrire cette étoile filante....

Librairie Album - 84 bd Saint-Germain 75005 Paris

© Véronique Giuge



JPEG - 151.2 ko

Amoureuses des livres et de la littérature ! Passionnés d’histoire et de philosophie ! Le Quartier latin fête le livre.

JPEG - 213.9 ko

Le célèbre Stabat Mater de Pergolèse sera donné à Saint-Séverin, le 9 juin 2017, par de jeunes talents de la musique baroque.

JPEG - 63.8 ko

Pour sa 35e édition, le Marché de la poésie vous donne rendez-vous place Saint Sulpice.

JPEG - 155.6 ko

Compte-rendu de la table ronde organisée à la Mairie du Ve pendant le festival Quartier du Livre.

JPEG - 151.9 ko

Une rencontre autour de l’autrice et peintre suisse, Sylvie Dubal à l’occasion de la diffusion du film qui a été réalisé par Marcel Grodwohl.