Sur le territoire de l’édition que peut David contre Goliath ?
15 décembre 2018 | Robert | Lire | Critique | Editeurs |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Un éditeur du haut de son 47è étage de la Tour Montparnasse regarde un éditeur qui œuvre au premier étage d’une librairie au bout de la rue Malebranche à deux pas de la Sorbonne.

De quoi s’agit-il au juste ? En 2018 les éditions Maurice Nadeau décident de rééditer un roman publié pour la première fois trente ans auparavant et qui avait reçu le Prix Populiste. Le livre s’intitule « Elle voulait voir la mer », il est signé Renata Ada-Ruata. Il arrive en librairie en mai 2018.
Quelques mois après cette réédition, en novembre 2018, un autre roman sort en librairie portant le même titre « Elle voulait voir la mer » ! Un tour de passe-passe éditorial réalisé par les Editions XO. Deux romans avec le même titre se retrouvent sur le marché du livre, la même année. L’un, produit par une puissante maison d’édition, occulte le second.
Bernard Fixot, pdg des éditions XO, se dit désolé, il répète à l’envie qu’il regrette cette situation, mais qu’il n’y a rien à faire. Il a tiré son roman à 20 000 exemplaires et ne compte pas le retirer de la vente.
En droit civil, la jurisprudence sanctionne « des actes de parasitisme, de détournement de clientèle, de risque de confusion, susceptibles de détourner le lecteur » d’un roman au profit d’un autre.
La solution judiciaire est longue et coûteuse. Alors que peut faire David face à Goliath ? Sinon informer le plus grand nombre de personnes possibles et faire en sorte que le roman, « Elle voulait voir la mer » des éditions Maurice Nadeau, atteigne ses lecteurs.

Gilles Nadeau, éditeur, libraire 3/5 rue Malebranche



PNG - 143.3 ko

Comment offrir à des jeunes artistes une visibilité face à des musées et à des galeries fermés ou inaccessibles ?

JPEG - 34.7 ko

Une librairie du quartier latin engagée et différente

JPEG - 56.3 ko

Nous relayons un article de Paris Zig Zag au sujet de la librairie "La Rose de Java" qui vit une situation très difficile

JPEG - 23.6 ko

Nous relayons deux articles parus dans le Parisien et Télérama qui font entendre parler les artistes et professionnels de la culture. Par ailleurs, d’après un sondage 7 Français sur 10 sont pour la réouverture des musées

JPEG - 37.8 ko

Raphaël Tiberghien travaille en équilibriste la sculpture, le langage et l’écriture. On peut déguster son sens de l’humour et de la poésie devant ses théières exposées à la galerie associative parisienne du Haut Pavé.