Une carte pour les cinémas indépendants
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Une carte pour les cinémas indépendants parisiens.

Depuis deux ans, 24 cinémas indépendants de Paris ont créé une carte commune, dénommée CIP.

Trois options sont proposées :

- Une carte prépayée de 30 euros pour 5 places -valable six mois.

- Une carte prépayée de 48 euros pour 9 places -valable neuf mois

- Une carte prépayée CIP Tribu de 98 euros pour 19 places.

La carte est valable tous les jours à toutes les séances pour une ou deux personnes, à une même séance.

La carte CIP peut être utilisée dans 24 cinémas partenaires.

Parmi ceux-ci, 12 cinémas du Quartier latin :

Le Grand Action, l’Epée de bois, les Ursulines, le Cinéma du Panthéon, le Reflet Médicis, le studio Galande-Béruchet, l’Escurial, le Nouvel Odéon, l’Arlequin, les 3 Luxembourg, le Lucernaire et Beau Regard Saint Germain des Prés.

L’union faisant la force, cette carte prépayée est un moyen pour les cinémas indépendants parisiens de fédérer leurs forces face aux grands groupes cinématographiques.

Elle devrait aussi fidéliser les clients désirant soutenir ces salles qui font partie du patrimoine culturel parisien.



JPEG - 235.4 ko

Le Quartier Latin a toujours été une terre de recherches, de sciences et de médecine. Découvrez cette fabuleuse histoire.

PNG - 376 ko

Sur la place de la Contrescarpe, une enseigne — « AU NÈGRE JOYEUX » — a été vandalisée puis confiée à la mairie de Paris pour restauration. La Ville de Paris a décidé que l’enseigne resterait au Carnavalet. Cette décision est contestée. Cela a été l’objet du débat de la rencontre du 15 novembre.

JPEG - 34.2 ko

Une pièce de théâtre pleine de fantaisie nous plonge dans l’univers du compositeur Erik Satie

PNG - 157.1 ko

Une exposition au Val de Grâce permet de découvrir les clichés réalisés par le photographe pendant son service militaire

JPEG - 31.2 ko

Le Comité Quartier latin organise le 30 janvier à 18 h à la mairie du 5ème une conférence intitulée : « A TABLE... AU QUARTIER LATIN. La belle aventure du ChantAirelle (1995-2019) » par Frédéric Bethe.